Stéphane Granzotto parole de photographe

Granzotto-digigraphie-labo-Photo

Labo Photo

Stéphane Granzotto est photographe et cinéaste. Et nous fait part ici de son attachement à Canson. Depuis deux ans, il est ambassadeur de la marque et se sent responsable de l’image qu’il donne du travail des gens de Canson. Quand tu imprimes une photo tu essaie de le faire bien, ne serait-ce que pour eux. Quand tu sors une feuille de la boîte forcément, Elle est passé entre leurs mains, elle est le fruit de leur travail, cela se respecte. Il ne faut pas brader un tel savoir-faire.

 

“Comme je réalise certains de mes tirages pour les exposer ou les vendre, j’ai cherché un produit qualitatif et j’ai donc testé par curiosité la gamme Canson Infinity. J’ai tout de suite apprécié la variété et la grande qualité des papiers. Après ce qui m’a attiré aussi c’est le fait que c’est fabriqué en France, avec un immense savoir faire et que les gens de Canson” sont directement accessibles. Je suis allé visiter la fabrique, j’ai dit discuté, et discute encore souvent, avec eux.

On échange sur les nouveautés, et ils sont sensibles à mon retour sur les produits. Ils me donnent des conseils au niveau des techniques d’impression. L’idée d’être en contact avec toute une équipe de gens passionnés de toute façon, on ne parle que de papier c’est fantastique.

Il m’accompagne sur certaines expos et ils sont toujours de bons conseils. Par exemple pour  pour l’expo de Montier-en-Der 2018 on a pu faire des essais avant et on a choisi du Rag Photographie en 310 g. Vu sa fragilité, le Rag n’était pas forcément le mieux adapté à un lieu de passage comme un festival, mais le rendu est tel que je ne regrette pas. L’expo a bien marché, elle a marqué les esprits il y a des gens qui ensuite sont allés vers Jean-Pierre Maio du laboratoire certifié Canson photo labo pro de Lyon, auquel j’ai fait appel pour les tirages pour eux aussi faire des tirages. La qualité du travail effectué redonne ses lettres de noblesse au tirage numérique, qui pouvait paraître moins prestigieux qu’un tirage argentique.

Quand les gens ne se contentent pas d’appuyer sur un bouton ils font leur vrai métier, je trouve que c’est noble, que c’est beau ! Quand j’ai acheté il y a deux ans mon imprimante, j’étais plus excité que si j’avais acheté un 600 mm. Je voyais sortir les premiers tirages, j’avais une boule au ventre. C’était magique. Sans être un bon tireur j’arrive à sortir des résultats dingues, les papiers sont tellement beaux et les encres de qualité.

Laissez ses images sur un écran c’est un petit peu dommage. En tant que photographe quand je vends un tirage numéroté, certifié, j’ai l’esprit tranquille. Tu montres patte blanche, t’es avec Canson, tu passes avec un labo certifié : il y a une cohérence que je recherche. Je n’ai aucun intérêt commercial avec Canson, hormis une dotation papier, parce que je suis ambassadeur. Et c’est un échange, car je donne à la marque le droit d’utiliser de certaines de mes images. C’est renouvelé chaque année, et cela peut s’arrêter chaque année aussi. Tout est écrit dans un contrat, c’est clair et cela me plaît. Quand tu vois le Hal of Fame de Canson, tu réalises qui ont fabriqué des papiers spéciaux pour les plus grands artistes, à la demande. Je suis un modeste photographe, mais je suis très flatté d’être ambassadeur. Il y a plein de photographe de talent, mais ils t’ont choisi toi, et derrière, il y a des gens avec des compétences et tu es leur ambassadeur.

“On vit à une époque où il faut mettre en avant ces savoir-faire incroyables, qu’on a bradés parfois, qu’on a laissé partir, laissé mourir. Là on l’a, alors… Je le dis souvent : il y a d’autres excellents papetiers, mais en France il y a Canson”.

Retrouvez le photographe sur www.stephanegranzotto.com
Pierre-Marie Salomez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *